Re Rag Rug

L’exposition itinérante « Re Rag Rug » s’arrête à l’Institut Suédois de Paris jusqu’au 10 avril 2016. Le projet artistique aux dimensions écologiques et sociales, de Katarina Brieditis et Katarina Evans, illustre avec une beauté et une créativité scandinave, les concepts du design appliqués à l’économie du développement durable.

Il existe des dimensions ou le designer affronte des questions de société, des dimensions ou son travail, son projet, tente de contribuer à l’amélioration de la qualité de vie. Alors que l’artiste n’a pas d’explication a donner ou a justifier de son choix de couleurs, de formes ou de matière, le designer, au contraire, donne les raisons qui accompagne sa démarche. C’est dans cette dimension que le projet du Studio Suédois Brieditis & Evans s’inscrit. Celle d’un design qui révèle des alternatives possibles à nos modèles de société.

Eco-conception

Le duo a attaché une contrainte écologique et culturelle au départ du projet. La démarche s’inspire du concept d’eco-innovation intégrée qui visent a limiter l’utilisation d’input énergétiques et des principes d’éco-responsabilité : « s’efforcer de répondre aux besoins du présent sans compromettre la capacité de satisfaire ceux des générations futures ».

Re Rag RugLes éco-conceptions sont celles qui concernent des solutions de fin de vie du produit. Il s’agit par exemple d’utiliser le déchet pour fabriquer un produit. A l’inverse d’éco-innovations incrémentales, traitant la pollution après coup ; les éco-conceptions sont porteuses de rupture susceptibles de changer les modes de productions, de consommation et de style de vie. Transformer les déchets (output) en ressources permettant la réalisation de nouveaux produits (input), constitue la base du processus de création des designers suédoises.

Utiliser des ressources disponibles

Elles constatent que le développement économique de nos sociétés produit et génère des montagnes de déchets. L’industrie du textile fabrique en masse des tee-shirts et des pulls partout dans le monde. Nous les achetons, les portons, puis un jour, nous nous en séparons. La quantité de matière, à l’échelle planétaire, est donc extrèmement importante. L’objectif du collectif est de proposer une alternative pour la réutilisation de cette production devenu déchet afin de l’utiliser comme une ressource.

Une démarche artistique

Il ne s’agit toutefois pas de seulement « recycler ». Le produit final doit avoir une véritable valeur artistique. Ce sont les propriétés du matériaux qui guide leur travail de recherche dans le processus de conception. Trouver la technique la plus appropriée et tirer le meilleur profit des qualités intrinsèques de la matière pour aborder sa transformation. L’éventail limité de couleurs, compte tenu des matériaux disponibles, rend la tache difficile, toutefois cette contrainte les inspire et elles créent des modèles singuliers présentant de vraies qualités artistiques.

Re Rag RugUn tapis par mois

Pour conduire ce défi, le duo se délimite un périmètre et une méthodologie précise comme cadre de travail : Un mois, une technique, un tapis. Durant 12 mois, les deux designers ont développé 12 tapis utilisant 12 modes de production différents.

L’exposition présente le résultat de ce travail au travers de 12 superbes prototypes, et invite à réfléchir aux modes de consommation actuels et ouvre une fenêtre colorée sur les domaines de l’innovation et du design textile.

Institut Suédois – Jusqu’au 10 avril 2016

Institut Suédois

Re Rag Rug à l'Institut Suédois de PAris