Dominique Esteve : Les classiques du design

“Une chauffeuse de Mourgue, un fauteuil Paulin, une LC4 Le Corbusier, du Bertoïa, du Jacobsen… ”, Dominique Esteve parie sur les classiques pour agrémenter son stand de la Brocante Design.

Et aussi sur un agencement bien travaillé, organisé autour de petits pôles différents, de manière à attirer le regard d’abord sur des pièces connues, et ensuite sur des petites trouvailles inattendues.

Dans le métier depuis une trentaine d’années, il essaie toujours de faire découvrir des objets nouveaux aux chineurs. “Les classiques rassurent, mais il faut aussi rester accessibles pour de petits budgets, des coups de coeur, et pour cela j’ai aussi des pièces anonymes. Et je propose des meubles moins connus, par exemple cette année des tabourets en fil Verner Panton, une Lamino Chair d’Yngve Ekström.”

Des pièces que cet antiquaire choisit aussi en fonction de sa passion pour l’inventivité des designers. “Toutes ces personnes ont réalisé des objets, des meubles, d’une façon vraiment nouvelle pour leur époque. C’est quelque chose que l’on ne mesure pas toujours. Les chaises Eames en fibre par exemple, il faut voir ce qui se faisait à ce moment là pour percevoir leur côté novateur.” Le travail du bois courbé dans les années 1950-1960, celui du plastique dans les années 1970… Il apprécie particulièrement de pouvoir échanger avec les chineurs comme avec les autres marchands, persuadé qu’il est toujours possible d’apprendre des choses nouvelles dans ce domaine, ou de transmettre son savoir.

En savoir plus ?

Aauthentik
https://www.aauthentiks.com/accueil

George Nakashima, Designer Singulier

Une exposition à la galerie Alexandre Guillemain rassemble une quarantaine de pièces de George Nakashima. Encore méconnu en Europe, c’est une occasion unique de découvrir sièges, tables basses ou guéridons, marqués d’une signature très particulière.

Quatre ans de travail ont été nécessaires à Alexandre Guillemain pour rassembler le matériau de son exposition monographique, consacrée au designer George Nakashima (1905-1990).

“Ces pièces sont rares, car il travaillait sur commande, produisant des pièces uniques”, détaille Alexandre Guillemain, directeur de la galerie Alexandre Guillemain. “Je suis sensible à la fois à son mobilier et à son expérience de vie, qui sont intimement liés. C’est un autodidacte : architecte de formation, il est interné en 1944 dans l’Idaho, apprend l’ébénisterie et s’installe en Pennsylvanie pour commencer à réaliser du mobilier.”

Considéré comme l’un des maîtres du mouvement Art&Craft américain, George Nakashima accordait une attention singulière aux imperfections du bois, dont il se servait pour élaborer ses meubles, “ce sont les assemblages, minimalistes, qui font que l’ensemble tient”. Dans les années 1940, l’ébéniste travaille pour Knoll, avant de réaliser des commandes pour Widdicomb-Muller.

L’exposition de la galerie Alexandre Guillemain rassemble une quarantaine de pièces de cet artiste encore méconnu en Europe. C’est donc une occasion assez unique de découvrir ses sièges (rocking-chair, chaise tripode, chauffeuse, banc) en cerisier ou noyer d’Amérique, ses tables basses ou guéridons, marqués de sa signature très particulière : une agrafe en forme de papillon, qui joint les pièces de bois de ses assemblages.

En savoir plus ?

Galerie Alexandre Guillemain
35, rue Guénegaud
75006 Paris