Escapade Arts & Crafts le 21 janvier 2021

Le 21 janvier 2021, la maison de vente “Rago” proposera à la dispersion un ensemble de pièces de design, de luminaires et d’arts décoratifs américains et européens.

Un catalogue qui rappelle cette transition ou le concept de progrès était fortement débattu, alors que la révolution industrielle poussait les ingénieurs à rechercher des formes d’organisation permettant des gains de productivité.
Une période ou l’industrialisation s’imposait comme toile de fond et allait profondément changer nos modes de vie.

C’est un temps ou la machine focalise toute l’attention et les expositions internationales connaissent un beau succès. On nommera bien sur William Morris, John Ruskin qui ont contribué, souvent en réaction et dans de nombreux écrits, a formaliser un courant stylistique tout en portant un regard critique sur les problématiques liées à l’industrialisation. L’idéologie initiale prônait le rapprochement des artistes et des artisans afin que, de cette collaboration naisse un “nouvel art populaire”. L’ornement pouvait apparaitre à la condition qu’il soit en relation directe avec la valeur culturelle de l’époque.

Un temps ou la classe industrielle montante avait besoin de se distinguer. En effet, les valeurs d’appartenance de cette nouvelle bourgeoisie n’étaient fondées, ni sur le droit naturel, ni sur la justification morale. Naturellement, elle trouvera dans l’apparition de ce nouveau style, tous les emblèmes et les signes d’une légitimation nécessaire. Ce nouveau style lui permettra de s’émanciper et de se dégager des copies et des décors issus du XVIIIème siècle.

Il existait toutefois une ambiguïté à ce mouvement qui venait probablement de la composition même de leur membre. Il était composé d’artistes issus de la bourgeoisie éclairée. Ce qui les conduisait à rechercher des formes et ornements très sophistiqués, et d’autre part, leurs aspirations démocratiques, au demeurant absolument sincères, n’étaient pas compatibles avec la situation socio-culturelle de l’époque.

Le début du 19ème annoncera la fin d’une période de transition qui a vu émerger les manifestes, l’Arts and Crafts (en Angleterre) et/ou l’Art Nouveau (France) pour celle des gains de productivité important dans l’industrie et la diffusion de masse.

On retrouve un peu de cette production dans un large et beau catalogue de pièces qui s’étend de la céramique à la ferronnerie avec une impressionnante présence de nombreux grands créateurs et fabricants tels que George Ohr, Tiffany Studios, Taxile Doat, Viktor Schreckengost, Lalique, Josef Hoffmann, Gustav Stickley, Waylande Gregory, etc.

En savoir plus :
https://www.ragoarts.com/auctions/2021/01/early-20th-century-design

Memphis Design : The Zanone Collection

Memphis, le collectif du Radical Design, a créé des œuvres fonctionnelles audacieuses qui ont eu un impact significatif sur le domaine du design.

Le 3 octobre, Wright présentera une vacation de la collection Zanone :
Memphis Design: The Zanone Collection.

Crée au début des années 1980

Memphis a été fondée au début des années 1980 par Ettore Sottsass et était composée de plusieurs designers : Masanori Umeda, Shiro Kuramata, Andrea Branzi, Nathalie du Pasquier, Michèle de Lucchi, Peter Shire, Marco Zanini, Martine Bedine, George Sowden, Michael Graves, Hans Hollein, Matteo Thun, Marco Zanuso, Thomas Bley, Barbara Radice, Aldo Cibic, Massimo Iosa Ghini, Gerard Taylor, Javier Mariscal, Beppe Caturegli et Ernesto Gismondi.

Les conceptions et l’esthétique étaient révolutionnaires et l’on retrouve des pièces de Memphis dans les décors de cinéma et dans les maisons aux esprits novateurs, audacieux et créatifs tels que David Bowie et Karl Lagerfeld, dont les collections historiques ont attiré l’attention des collectionneurs du monde entier.

Aujourd’hui, les dessins de Memphis sont devenue des icônes célèbres.

La Collection Zanone

Dennis Zanone a longtemps défendu le travail du groupe Memphis. Au fil des années, il a rassemblé une vaste collection complète de dessins de Memphis.

C’est l’une des plus importantes et des plus anciennes collections connues de Memphis. En 2014, sa collection a fait l’objet d’une exposition au Dixon Museum de Memphis.

Le 3 octobre 2019 — Chicago

En savoir plus ?

Wright Auction House
1440 W Hubbard St,
IL 60642 Chicago

Bukowski // Hans Wegner Collection

Bukowski commence la saison des ventes aux enchères avec une collection unique et complète de meubles conçus par l’icône du design danois Hans J. Wegner.

140 pièces de mobilier !

L’exposition comprend plus de 140 pièces. Une collection qui s’étend sur une longue période et raconte ainsi une histoire passionnante sur la carrière et le développement de Hans Wegner.

“Je me sens plus un artisan qu’un architecte. Je pense plus comme un artisan, et si je doute, je me dit tout seul : Que ferais-tu si tu te tenais là avec le matériel et les outils entre tes mains? Comment l’approcherais-tu ?… Vous n’avez pas à rendre la situation plus difficile pour vous-même qu’elle ne l’a été.” Hans J. Wegner

Parmi les temps forts de la vente, citons “The Buck Chair”, présenté à l’exposition Snickarmästar en 1955, ainsi qu’une édition rare de la chaise “Chine” produite en quelques exemplaires.

La collection sera exposée à Bukowski lors de la Stockholm Summer Design Week.

En savoir plus ?

Bukowski
Västberga Allé 3
111 87 Stockholm

Repertorio Sottsass par Artcurial

En octobre 2018, le département Design de la maison de Vente aux enchères Artcurial a choisit de consacrer une vente monographique au fondateur de l’influent mouvement Memphis. Avec une quarantaine de lots, Repertorio Sottsass propose un portrait inédit du créateur, explorant toutes les époques et tous les médiums dont il s’est emparé, du mobilier à l’émail en passant par la peinture, la céramique et le verre, offrant ainsi une vision complète de son vocabulaire créatif.

Cette vacation dédiée à Ettore Sottsass préfigure la volonté d’Artcurial de donner une place plus importante au Design Italien, avec une vente consacrée entièrement à la spécialité en novembre prochain.

Bien qu’il incarne les années 80, c’est dans les années 1950 qu’Ettore Sottsass commence à dessiner, peindre, et travailler avec une attention pour la céramique. A cette période, il débute une collaboration avec Arredoluce, la célèbre entreprise d’éclairage italienne. De cette collaboration naîtra une exceptionnelle suspension, produite à quelques exemplaires et réalisée en 1957 et qui sera proposée à la vente le 23 octobre 2018.

La collaboration avec Poltronova dans les années 70 signera la naissance de la série « Mobili Grigi« . Du mobilier marquant incontestablement le signe avant coureur de sa vision futuriste. Toujours dans les années 1970, Artcurial proposera un ensemble de luminaires réalisés pour Stilnovo et nommées : Manifesto. Il s’agit de plafonniers qui se composent d’un tube d’acier chromé et se terminent par un une sphère métallique rouge qui cache la source lumineuse. Pour Sottsass, il s’agissait de donner au mobilier un caractère architectural et de modeler l’espace en créant des bouquets de stalactites lumineuses.

Les années 80 sont tournées vers le visuel et le spectaculaire. Ettore Sottsass fonde le groupe Memphis. Les formes, les couleurs ou les motifs deviennent les composantes de toutes les créations. Les pièces Memphis sont souvent produites en série limitées comme la « Coupe Sapho » (1986) et réservés à une élite. La vacation permettra d’en découvrir plusieurs.

Impossible de retracer le parcours du designer, disparu en 2007, sans s’arrêter sur sa production de céramique, avec entre autres, les 14 pièces réalisées pour la Manufacture de Sèvres. Une visite s’impose !

En Savoir Plus ?

Artcurial
Hôtel Marcel Dassault, 7 rond-point des Champs-Élysées
75008 Paris

Richard Schultz : Le design s’extériorise

Vacation en vue : archives de R. Schultz.

La dispersion des archives de Richard Schultz, par Wright Auction House Chicago, illustre l’extraordinaire pluralité du travail de ce designer, sculpteur et plasticien, qui s’étend sur plus de cinq décennies. Une belle occasion de revenir sur un designer surtout connu, en France, pour son mobilier d’extérieur.

Une nécessite intérieure

“J’ai commencé par étudier l’architecture, la photographie, la conception de produits et la conception graphique… Je me suis senti renaitre. J’y ai été totalement impliqué dès le début” dit-il.

Avant de rejoindre Knoll en 1951, Richard Schultz a étudié le génie mécanique et le design à l’Institute of Design de Chicago. Il collaborera avec Knoll jusqu’en 1972. Sa première mission pour Knoll sera d’aider et d’assister Harry Bertoia sur le développement de la “Wire Collection”. Harry Bertoia avait un petit espace dans un coin de l’usine et l’entreprise lui avait laissé « carte blanche » pour ses projets. Schultz apprendra les techniques de travail du métal avec Bertoia.

Du mobilier d’extérieur d’avant-garde

Avec la démocratisation du temps libre et des résidences secondaires, les clients recherchaient des pièces de mobilier afin d’aménager des salons en plein air. Florence Knoll, qui avait déménagé en bord de mer en Floride, demanda aux équipes de conception de developper “quelque chose” qui pourait rester en extérieur et restisterait à un climat salé.

Richard Schultz proposera une ligne de mobilier en aluminium, généreusement proportionnée, exceptionnellement confortable et qui ne nécessite aucun coussins, la collection 1966 ou Swell est née.

La table pétale

“Mon idée, pour le plateau, était de pouvoir regarder à travers les pétales sans que le regard soit géné par la structure de soutien, un peu comme si elles flottaient” dit-il. La table pétale, conçue en 1960, est un exemplaire d’une rare poésie.

Légère à l’oeil, réalisée dans des matériaux nobles, elle est parfaitement adaptée pour une utilisation en l’extérieur. Chaque pétale étant indépendant, ils peuvent être remplacé facilement au grès des altercations du temps.

Richard Schultz Design est incorporé à Knoll en 2012

Après avoir quitté Knoll en 1972, Schultz a continué sa carrière pour son propre studio Richard Schultz Design.
Le studio sera racheté par Knoll, en 2012, ce qui permettra à la marque de relancer de nombreux modèles.

Vente aux enchères — 16 février 2017 — Richard Wright, Chicago. USA.

En savoir plus ?

Wright Auction House
1440 W Hubbard St,
IL 60642 Chicago

Bowie : Dispersion en vue !

Quelques mois après le départ pour d’autres lieux du célèbre chanteur, compositeur, acteur, producteur mais aussi collectionneur, David Bowie, une partie de ses effets personnels est vendue par Sotheby’s Londres.

David Bowie, qui avait étudié l’art et le design avant de commencer une carrière dans la musique, a toujours manifesté un grand intérêt pour les arts. Il avait rencontré Andy Warhol à la Factory à New York en 1971, et c’est naturellement qu’il a été attiré par les grands noms qui ont marqué son époque.

Collectionneur d’art et de design

Ainsi, on trouve dans sa collection on retrouve donc des œuvres d’artistes qui, comme lui, ont laissé une empreinte sur les générations futures. Ce sont celles d’Henry Moore, de Graham Sutherland, de Frank Auerbach, de Basquiat, Navarra, ou de Damien Hirst que les collectionneurs d’art viendront s’arracher.
Loin de se limiter à l’Art Britannique, qui constitue le cœur de sa passion, la curiosité de Bowie l’amène à l’art brut, au surréalisme et au design. Sur les 400 lots, on ne trouve pas moins de 100 pièces de design, ce qui en dit long sur sa passion et ses goûts de collectionneur. « L’art est la seule chose que j’ai toujours voulu posséder. Il a toujours constitué, pour moi, une source d’inspiration inépuisable. Je m’en sers. Il peut changer mon état d’esprit quand je me lève le matin. La même œuvre peut m’influencer de différentes manières, selon la situation dans laquelle je me trouve », avait confié David Bowie au New York Times en 1998.

Le Memphis Group représenté en nombre

Le travail de l’excentrique designer Italien Ettore Sottsass s’immisce dans sa collection avec l’étagère « Casablanca » (première collection de 1981) considérée comme une œuvre fondatrice du design post-mod (4 500 à 6 500 euros).
Une nombre important de luminaires du même designer sera proposé à la vente, comme la lampe « Don » (300-500 euros), « Valigia » (300-400 euros), « Pausania », « Ashoka » et deux exemplaires du lampadaire « Treetops », et bien d’autres…

Au coté d’œuvre(s) d’Ettore Sottsass, on trouvera des productions de Michele de Lucchi (les chaises « Riviera », la table « Burgundy » et une paire de chaise « First »), le cabinet « Antibes » de George J. Sowden, le fauteuil « bel air » et le sofa « Big » de Peter Shire, des oeuvres de Marco Zanini, Marco Zanuso, Matteo Thun et j’en oublie… Au total, ce sont d’importantes pièces du Memphis Group qui seront proposées au plus offrant.

Un radiofonografo des Frères Castiglioni !

Il est surprenant de découvrir que le musicien le plus innovant et audacieux de sa génération écoutait de la musique sur un appareil atypique : le Radiofonografo no. RR 126 . Il s’agit d’un tourne-disque tout-en-un avec amplificateur et haut-parleurs intégrés, commercialisé en 1965 et conçu par les frères Pier Giacomo et Achille Castiglioni pour la marque italienne Brionvega. (900 à 1 300 euros).

Tristesse pour les Fans

La communauté des fans de Bowie est particulièrement touchée par cette vente prématurée à seulement quelques mois de son décès. « Je suis un peu déçu par cette si rapide dispersion… ils disent avoir gardés les pièces auxquelles il tenait le plus », nous confie Christophe, administrateur du site Biographie.David.Bowie, « Ce qui est connu, c’est qu’il lui arrivait de trouver l’inspiration à travers ces œuvres… elles avaient donc une très grande importance à ces yeux ».

« Eclectique, improvisée, sous-estimée : la collection de David Bowie offre un aperçu unique dans le monde personnel de l’un des plus grands esprits créatifs du 20e siècle » , a déclaré Oliver Barker, responsable de Sotheby’s pour l’Europe. Sa famille a indiqué vendre ces oeuvres par manque d’espace. « Il est temps de donner aux autres l’opportunité d’apprécier – et d’acquérir – l’art et les objets qu’il admirait tant », a-t-elle expliqué, confiant aussi avoir gardé plusieurs pièces pour des raisons sentimentales.

David Bowie aimait tout ce qui était Pop. Ce sont les œuvres fortes symbolisant cette époque que les amateurs viendront chercher en priorité en novembre à Londres.

Tournée mondiale en avant-première :
– Londres: 20 juillet – 9 août;
– Los Angeles: 20 – 21 septembre;
– New York: 26 – 29 septembre;
– Hong Kong: 12 – 15 octobre.

Exposition :
– Bowie/Collector, 1er – 10 novembre,
Sotheby’s New Bond Street, Londres;
Ventes – Sotheby’s London
Partie I: Art moderne et contemporain,
vente du soir, 10 novembre 2016,
Partie II: Art moderne et contemporain,
vente du jour, 11 novembre 2016 ;
Partie III: Design post-moderne:
Ettore Sottsass et le groupe de Memphis, 11 novembre 2016

En savoir plus ?

Sotheby’s London
34-35 New Bond Street
W1A 2AA London

Eames Design : La Collection JF Chen

La célèbre salle de vente aux enchères Wright dispersera au début du mois de septembre la collection JF Chen constituée de 300 pièces de Charles et Ray Eames, le duo illustre qui a contribué à façonner l’histoire du mobilier design américain au XXème siècle.

Au travers de cette élégante et complète collection, le catalogue de vente raconte, en image, l’histoire des Eames et de leurs créations emblématiques.

Les variations de production

Des pièces produites par Evans Products à des exemplaires plus rares fabriqués en bois de rose jusqu’à des modèles en Wengé produits dans les années 80, vous trouverez une illustration pertinente des variations de production tel que la forme des amortisseurs ou des patins aux pieds. Ces différentes modalités de production soulignent comment les Eames ont adapté leurs conceptions aux différentes périodes.

Vous y trouverez des premiers travaux réalisé pour le concours « Organic Design » (1940) du MoMA aux chaises en contreplaquée ou en fibre de verre moulée, des UDE (Eames Desk Unit) ou encore des exemplaires issus des travaux du groupe d’aluminium.

Plusieurs années pour rassembler un ensemble complet

Une attention particulière a été porté à la provenance des pièces acquises pour la collection. Pour rassembler un ensemble complet, il a parfois fallu attendre plusieurs années. Par exemple, l’ensemble « 650 dining table and set of four PAC-1s » composé de quatre sièges rouges sur coque en fibre de verre rouge et accompagné d’une table noire, ont été rassemblé en trois périodes, sur trois années et acquis à partir de deux concessionnaires différents. Cette collection est le fruit de plusieurs années de travail minutieux.

Le catalogue propose des pièces iconiques de l’œuvres de Charles et Ray Eames et montre les diverses incarnations de leurs conceptions au cours des décennies. Achille vous recommande de télécharger le catalogue !

Richard Wright
Preview / Chicago : 3 – 10 September 2015
Auction / Chicago : 10 September 2015

Wright Auction House
1440 W Hubbard St,
IL 60642 Chicago